DISCOURS du PRESIDENT de la C.N.D.H. à la Journée Internationale des Droits de l’Homme du 15 Décembre 2019

BISMILAHI RAHMANI RAHIM

Excellence Monsieur Le PREMIER MINISTRE ;

Excellence Monsieur Le Président de l’Assemblée Nationale ;

Excellence Mesdames et Messieurs Les Ministres ;

Mesdames et Messieurs Les Honorables Députés ;

Madame La Vice Présidente de l’UNFD ;

Madame La Coordinatrice du Système des Nations Unies ;

Excellence Mesdames et Messieurs les Ambassadeurs, Les Représentants des Organisations Internationales ;

Distingués invités ;

Chers étudiantes et étudiants ;

Mesdames et Messieurs ;

ASSALAMU ALAYKUM WA RAHMATOULAHI WA BARAKATOU.

C’est pour moi un réel plaisir et un immense honneur de célébrer avec vous la Journée Internationale des Droits de l’Homme.

Je voudrais exprimer mes sincères remerciements et ma profonde gratitude en mon nom personnel et au nom de la Commission toute entière à l’endroit de son Excellence le Premier Ministre pour avoir bien voulu honorer de sa présence cette journée importante malgré son agenda très chargé.

Sa présence témoigne du soutien constant du Gouvernement et en particulier de Son Excellence Monsieur ALI HASSAN BAHDON, Ministre de la Justice, à la Commission afin de l’aider à s’acquitter au mieux de son mandat de promotion et de protection des droits de l’homme tant au niveau national qu’ international.

Elle traduit également l’attachement du Président de la République, Son Excellence Monsieur ISMAIL OMAR GUELLEH, aux Droits Humains, à la Démocratie et à l’Etat de Droits.

Pour cette année, le thème retenu est « JEUNES, DEFENDEZ LES DROITS DE L’HOMME ».

La primauté est donc donnée à la jeunesse. Cela explique la présence parmi nous d’une centaine d’étudiantes et d’étudiants de l’université de Djibouti.

Il s’agit d’un thème porteur pour notre pays. Car, plus de 70% de notre population est âgée de 25 ans ou moins et le capital humain est notre plus grande richesse.

Une jeunesse instruite et respectueuse des droits humains est un gage de développement.

C’est pourquoi, notre pays concède un budget conséquent à l’éducation qui a permis de doubler en peu de temps le taux de scolarisation et crée une université qui accueille aujourd’hui des milliers d’étudiants.

Pour nous Commission Nationale des Droits de l’Homme, cela nous encourage à concrétiser l’intégration de l’enseignement des droits humains dans le cursus scolaire et universitaire.

Nous avons déjà entrepris des démarches en ce sens auprès des institutions concernées et en particulier le ministère de l’éducation et la faculté de droit. Cependant, des expertises internationales pour élaborer  un curricula sont nécessaires.

Et je profite de cette occasion pour faire appel à la contribution des organisations internationales et des pays amis.

« JEUNES, DEFENDEZ LES DROITS DE L’HOMME », ce mot d’ordre s’adresse particulièrement à vous LES JEUNES.

Je dois vous rappeler cependant que  défendre les droits de l’Homme :

  • Ne veut pas dire violence ;
  • Ne veut pas dire propager des fausses informations
  • Ne veut pas dire propager des discours de haine
  • Ne veut pas dire diffuser des messages à caractère discriminatoire d’ordre religieux, racial, tribal ou autre ;
  • Ne veut pas dire divulguer des injures et porter atteinte à la dignité de l’autre ;

A ce propos d’ailleurs, l’article 12 de la déclaration universelle des droits de l’Homme est clair. Je le cite :

« Nul sera l’objet d’immixtions arbitraires dans sa vie privée, sa famille, son domicile ou sa correspondance, ni d’atteintes à son honneur et à sa réputation. Toute personne a droit à la protection de la loi contre de telles immixtions ou de telles atteintes. »

Notre diversité culturelle nous a toujours conduits à accorder une place de première importance à la paix, la tolérance et l’acceptation de l’autre.

C’est ainsi que notre pays a toujours symbolisé un havre de paix où sont respectés les droits :

  • Des réfugiés ;
  • Des migrants ;
  • Des personnes vivant avec un handicap ;
  • Des femmes ;
  • Des enfants ;
  • Ou de toute personne susceptible de souffrir de discrimination ou de violence.

Il revient à vous « LES JEUNES » d’entretenir ces valeurs dans un monde où l’intolérance et l’extrémisme de toute nature (religieux, racial, tribal) sont propagés à travers des discours et les moyens de communication modernes.

Excellence Monsieur Le Premier Ministre

Mesdames et Messieurs

La célébration de la journée internationale des Droits de l’Homme constitue pour moi chaque année une occasion de retracer quelques réalisations de la CNDH de l’année qui prend fin.

A la fin de l’année 2018, la CNDH a remis le rapport sur la situation des droits de l’Homme en République de Djibouti en 2016 au Président de la République Son Excellence Monsieur ISMAIL OMAR GUELLEH avant de le remettre au Premier Ministre SEM Abdoulkader Kamil Mohamed, au Président de l’Assemblée Nationale et Le Ministre de la Justice.

Ce rapport publié depuis est disponible sur le site internet de la CNDH.

La CNDH vient également de terminer le rapport combiné 2017-2018 qu’elle espère remettre très prochainement aux autorités du pays avant sa publication. Elle a aussi déjà entamé celui de 2019 et compte ainsi résorber le retard accumulé.

Excellence Monsieur Le Premier Ministre ;

Monsieur Le Ministre,

Mesdames et Messieurs

La CNDH a élargi son partenariat en 2019.

Elle a instauré une étroite relation avec le Parlement. C’est ainsi que les deux institutions ont beaucoup échangé sur le rôle de chacune en matière de promotion et de protection des Droits de l’Homme.

Et je dois rendre un hommage appuyé au Président de l’Assemblée Nationale pour sa disponibilité à mettre en place un comité chargé des Droits de l’Homme au sein de l’Assemblée Nationale.

Dans sa mission de promotion, la CNDH a conclu aussi des mémorandums d’entente avec l’Agence Nationale des Personnes Handicapées et Caritas.

Après l’Examen Périodique Universel de notre pays le 10 mai 2018, la CNDH s’est efforcée de vulgariser les recommandations émises à la suite de cet exercice par le Conseil des Droits de l’Homme. Deux livrets regroupant ces recommandations Droits de Santé Reproductive et par ODD 2030 ont été élaborés grâce au FNUAP et à la Coordination du Système des Nations Unies à Djibouti.. Ce sont là des outils qui aideront, j’en suis sûr, le gouvernement à mieux se préparer au 4ème cycle qui aura lieu en 2023. Ces deux livrets sont  disponibles sur notre site web.

Durant cette année, la CNDH a également modernisé son site web en le rendant plus convivial et y intégrant une application de gestion des plaintes avec l’appui du PNUD.

Elle a par ailleurs élaboré un règlement intérieur, un manuel de traitement des plaintes et compte ouvrir très prochainement des antennes dans les régions grâce au soutien de GIZ-BMM.

Elle a enfin mené avec l’appui du FNUAP et avec la participation très appréciée du Ministère de la Femme et de la Famille, de l’UNFD, du Chamikhat et du Conseil National de la Société Civile une vaste campagne de sensibilisation sur l’abandon total des MGFs et du mariage précoce des jeunes filles

La CNDH a aussi poursuivi ses missions de protection des Droits de l’Homme

En matière de protection, elle a bien entendu effectué les visites des lieux de détention : à savoir la Prison Centrale, les postes de police et les brigades de gendarmerie.

Elle a aussi recueilli et traité des nombreuses plaintes. Je me dois de rappeler que nos bureaux de plainte peuvent recevoir toute plainte écrite ou orale dans toutes les langues nationales. A savoir Le Français, L’Arabe, L’Afar et le Somali.

Nos concitoyens peuvent également déposer leur plainte sur notre site web dans la langue de leur choix.

Excellence Monsieur Le Premier Ministre ;

Monsieur Le Ministre,

Mesdames et Messieurs

L’année dernière à la même date, j’avais pris devant vous l’engagement de traduire en langue AFAR le préambule et les 30 articles de la Déclaration Universelle des Droits de l’Homme.

Et bien c’est chose faite Monsieur Le Premier Ministre. Et grâce au talent et à l’enthousiasme du jeune AMINE MOHAMED ALI jeune cadre de la CNDH que je te tiens à féliciter solennellement et sincèrement ici.

Ce jeune nous rend fier aujourd’hui en tant que membre de la Commission Nationale des Droits de Djibouti mais surtout en tant que Djiboutien car cette traduction est intégrée dans le site du Haut Commissariat des Droits de l’Homme et accessible à une communauté importante de notre pays mais aussi de la sous région.

Je dois rendre hommage également à trois éminentes personnalités pour leur contribution à la réalisation de cet œuvre. A savoir Docteur Chehem Watta, Docteur Mohamed Hassan et M. Hassanleh Walho.

Excellence Monsieur Le Premier Ministre,

Monsieur Le Ministre,

Mesdames et Messieurs

Permettez-moi de remercier vivement tout d’abord le gouvernement et particulièrement le Ministre de la Justice pour son soutien sans faille.

Mais également les partenaires de développement que sont la Coordination du Système des Nations Unies, le HCDH, le PNUD, le FNUAP et GIZ-BMM pour leurs appuis pour leurs précieux appuis techniques et financiers.

 

Je vous remercie de votre attention.

 

Autres actualités